BISTOURI – Cette pratique vient de faire son entrée dans le top 5 des interventions esthétiques les plus pratiquées au monde.

En matière de chirurgie esthétique, la liposcusion, les opérations sur les paupières, les implants mammaires sont devenus des classiques. Désormais, il faudra compter avec le “lipofilling”, ou”lipo-modelage” qui consiste à se faire injecter… sa propre graisse. Cette pratique vient, en effet, de faire son entrée dans le top 5 des chirurgies esthétiques les plus pratiquées dans le monde, a révélé cette semaine le congrès européen de l’esthétique médicale et chirurgicale, l’IMCAS. Précisions.

De la graisse du ventre… dans les seins. Lors d’un “lipofilling”, le chirurgien prélève de la graisse dans une zone où il y en a un peu trop, la culotte de cheval ou le ventre, par exemple. Puis, après avoir purifiée cette graisse, il la réinjecte à la patiente : soit sur les fesses pour les rendre plus rebondies, soit dans la poitrine pour gagner un bonnet, ou encore sur le visage pour un effet rajeunissant.

“C’est moi qui fabrique, pas un labo”. Dominique, 62 ans, s’est fait prélever de la graisse sur le ventre pour se la faire réinjecter dans les pommettes. Elle a préféré ça, à l’injection de produit chimique, comme l’acide hyaluronique. “J’ai choisi cette technique parce que je savais qu’il n’y aurait pas de rejet, pas de conséquence”, a-t-elle expliqué au micro d’Europe1. “Je sais que ce n’est pas un laboratoire qui le fabrique, c’est moi-même”, précise-t-elle.

Main menu
Select Language